AUTHOUART

INFO

AUTHOUART

BIOGRAPHIE

AUTHOUART : La peinture narrative…

Le travail de Daniel Authouart se situe dans la mouvance d’artistes qui, au détour des années 70, provoqués par la contemporanéité du travail des Pop-Artistes américains, éprouvèrent la nécessité de proposer une nouvelle forme de peinture narrative.

Comment un peintre, avec son crayon et son pinceau, pouvait-il offrir un témoignage original sur son temps alors que d’innombrables machines à images commençaient de submerger le monde ?
Pour répondre à cette question, les artistes essayèrent de présenter une lecture pertinente du monde qui les entourait.

Les uns privilégiant une couleur (Monory, Velickovic), d’autres en isolant des signes de notre civilisation (Klasen, Raynaud), d’autres encore en utilisant la presse en abîme (Le Gac, Rancillac)…

Daniel Authouart, lui, a choisi de « peindre son temps comme on écrit un journal » :
les personnages, les décors et les objets sont notés (croqués) sur des carnets au jour le jour. On les retrouve, mis en scène, dans les tableaux pour devenir le sujet d’une réflexion, l’expression d’un fantasme individuel ou collectif, ou simple polaroïd d’une « chose vue ». Les mots sont remplacés par des images …

Daniel AUTHOUART naît le 17 septembre 1943 à Lillebonne – Normandie.

1953 : il s’installe avec sa mère, à Rouen, dans le quartier Martainville. À cette époque, c’est l’endroit le plus mal fréquenté de la ville.

Rouen est devenu un immense champ de ruines qui commence à peine à se relever des bombardements alliés de 1944.

C’est dans ce décor surréaliste que le jeune Daniel joue avec ses copains d’école, s’inspirant des scènes de films que les cinémas du quartier programment. Ces premiers films en couleur venus d’Outre-Atlantique transportent avec eux la «légende américaine».
À 14 ans, Daniel Authouart quitte l’école. Il dessine, peint et découvre l’oeuvre de Toulouse-Lautrec « Au Moulin Rouge ».
Pour l’adolescent, dont la culture se limitait au cinéma et à la bande dessinée, c’est la révélation, le style de Toulouse-Lautrec l’attire naturellement. L’œuvre de Toulouse-Lautrec sera sa porte d’entrée dans le monde de l’art.

Entré aux Beaux-Arts de Rouen à 16 ans, Daniel Authouart y étudie successivement la peinture, l’architecture intérieure et la publicité, obtenant les diplômes dans ces différentes disciplines.
Parallèlement à la poursuite de ses études, il travaille dans des cabinets d’architecture intérieure et de publicité, sans cesser de peindre.

Devenu professeur de dessin dans les collèges, l’Education nationale l’envoie à l’E.N.N.A. . En septembre 1972, il y rencontre Geneviève, une jeune artiste qui l’encourage à se consacrer à la peinture.
L’inscription de Daniel Authouart, en janvier 1974 à la « Maison des Artistes » témoigne de sa décision de se consacrer exclusivement à la peinture.

1980 : Alain Matarasso, directeur de la Galerie du Centre à Paris, présente le tableau « To Paint or not to Paint » de Daniel Authouart à la FIAC  – Grand Palais Paris. C’est le point de départ d’une longue collaboration entre l’artiste et son marchand.

1983 : premier séjour aux USA avec Alain Matarasso qui présente pour la première fois son travail à New York.

« Une question existentielle était posée par Daniel Authouart en 1980 avec le tableau intitulé To paint or not to paint ?, aussitôt présenté à la FIAC par Alain Matarasso, qui allait devenir le principal marchand et l’ami du peintre jusqu’à aujourd’hui. On voyait, devant un tableau accroché à un mur graffité, un peintre diriger contre sa tempe, tel un revolver, un pinceau chargé de couleur rouge. À ses pieds, un exemplaire d’un journal d’alors, Le Quotidien, dont la une était barrée par un énorme titre : Alerte ! Si le tableau était bien conforme au monde, avec son « pédalo de guerre » lâché dans une piscine garnie de baigneurs plus ou moins abrutis, fallait-il en effet le raconter, ce monde dérisoire ? Il n’y aura de réponse que trente trois ans plus tard, au terme d’un approfondissement progressif de la question, la conduisant jusqu’à une sorte de vertige, principalement à travers trois tableaux : A new world (2009), An…other world (2013) et Vertigo (2014). »
J.L.Chalumeau (historien d’art)

1983 – Daniel Authouart conçoit et réalise les affiches et le décor du concert en plein air d’Eddy Mitchell sur le port du Havre.
1984 – première rétrospective, Maison du Festival – Rouen.
Conception et réalisation du décor de théâtre pour la pièce « La station service » de Gildas Bourdet.
1986 – rétrospective, Maison de la culture, espace O.Niemeyer – Le Havre.
Conception et réalisation de la reliure pour les manuscrits de Flaubert Bouvard et Pécuchet, Bibliothèque de Rouen.
1989 – Janet Jackson reçoit Daniel Authouart à Los Angeles pour une  commande d’un tableau-projet d’illustration de son CD.
– Rétrospective AUTHOUART Carré des arts-Parc floral de Paris, organisée par la Mairie de Paris.
2000 – Rétrospectives au Musée de Saintes, puis à la Corderie Royale à Rochefort et au Musée des Beaux-Arts de Cognac.
2003 – Rétrospective « Le grand canyon du supermarché des images », Palais Bénédictine à Fécamp.
Christophe Guyomard accompagne Daniel Authouart à New York pour réaliser le film « Authouart, le Français d’Amérique ».
2012 – AUTHOUART « Une rétrospective 2002 – 2012 » MATMUT pour les arts – Centre d’art contemporain de la Matmut Saint Pierre de Varengeville.
2013 – Expositions AUTHOUART « Now and Ever » et « Window-Vertigo »
2014 – Expositions AUTHOUART « Vertigo » et « La toile blanche »
2015 – ExpositionsAUTHOUART « La collection d’un amateur », « Le Rêve de l’escalier » et « Regard de l’instant…du temps »
2016 – Solo Show « Out Of Order » à Art Elysées Paris du 20-24 octobre,
Exposition AUTHOUART « Out Of Order », Galerie du Centre 76004 Paris du 3 novembre au 23 décembre 2016
2017 – Exposition AUTHOUART « EXIT, oeuvres récentes » LE HAVRE Galerie Hamon

Pin It on Pinterest

Share This